Archives du tag ‘Internet

Les jeunes et le téléphone portable

lundi, avril 15th, 2013 par blackju

dessin college oucques

Parmi toutes les pratiques numériques adolescentes, l’une d’entre elles se démarque nettement : l’utilisation du téléphone portable.

En effet, une récente étude (SIMM-TGI Youth, janvier 2013) révèle que 84% des Français de 11 à 24 ans possèdent un téléphone portable. Cet objet est passé dans la catégories des objets indispensables. Dans la plupart des cas, ce sont même les parents qui ont souhaité que leur enfant en ait un. On peut facilement comprendre pourquoi le téléphone portable a pris une telle ampleur, aujourdh’ui ces objets sont très puissants et permettent à ces adolescents d’accéder à toutes leurs activités numériques, notamment aller sur le web. Une étude menée par le Pew Research Center a constaté que bon nombre d’adolescents utilisent leur téléphone comme principal moyen d’accéder à Internet. Selon leurs chiffres, 25% des adolescents sont considérés comme étant des utilisateurs mobiles d’Internet. Ce chiffre est à comparer aux 15% d’adultes qui disent accéder à Internet la plupart du temps depuis leur appareil mobile. La recherche a également permis de constater une augmentation de l’utilisation des smartphones parmi les adolescents: en 2011,  23% des adolescents possédaient un smartphone, en 2012,  ce nombre est passé à 37%.

Cependant, cette sur-utilisation peut avoir des conséquences négatives. Selon la même étude de SIMM-TGI Youth, en  janvier 2013, un 11 à 24 sur cinq aurait un comportement de quasi-dépendance vis-à-vis du téléphone. Ils envoient énormément de SMS (42% envoient plus de 100 textos par semaine), ils sont très fréquemment connectés à internet (77% quotidiennement). 89% d’entre eux se disent être constamment en train de regarder s’ils ont un message. 74% pensent ne pas pouvoir vivre sans Internet sur leur téléphone. Les pratiques les plus courantes sur le téléphone portable restent en tête de leurs activités (téléphoner, envoyer des messages, des photos, écouter de la musique), mais ils sont surtout en avance sur les usages de pointe : téléphoner en VOIP (7,5% contre 2,7% pour l’ensemble des 11-24 ans), appeler en visiophonie (7,4% contre 2,6%) ou encore regarder la télévision (24% contre 9%). Du fait de ces pratiques intensives, ils sont toujours à la recherche de l’appareil le plus performant : 23% déclarent changer leur téléphone tous les ans (contre 11% de l’ensemble des 11-24 ans).

Il y a même eu récemment des troubles du sommeil bien particulier constatés, liés à cette dépendance mais aussi en relation avec le stress. Certains adolescents sont confrontés au « sleep texting »,  c’est-à-dire l’envoi de SMS sans que le sujet en ait conscience. D’après les spécialistes, il suffit que le téléphone sonne pour que ceux-ci répondent mécaniquement.  Soit les messages envoyés sont parfaitement cohérents, soit au contraire, ils sont totalement incompréhensibles.  Dans tous les cas, au réveil, ils ne se souviennent de rien. Les causes sont donc le surmenage, le stress et l’utilisation abusive de l’appareil mobile, notamment à cause du manque de sommeil engendré.

 D’après une étude de l’Union Nationale des Associations Familiales (UNAF) diffusée en 2012, 27% des parents d’enfants de 15 ans trouvent que leur utilisation du téléphone mobile est trop importante et s’en inquiètent réellement. Pour éviter ce genre de dérives, l’Unaf préconise de définir dès le départ un cadre général. Il faut bien aborder des règles d’usage règles d’usage (respect de soi, respect des autres), les règles de sécurité, les temps d’utilisation (respect du temps des devoirs, des repas en famille, du sommeil), tout comme les différentes fonctionnalités.  Les parents doivent veiller à ce que leur enfant s’accorde des moments sans téléphone :  interdire de  répondre pendant des moments tels que les repas en famille ou le temps consacré au travail scolaire. Certains parents contrôlent également la facture : la majorité d’entre des parents utilisent la facture détaillée pour contrôler aussi bien les coûts (69%) que les contenus (51%). Mais dans ce cas, il faut veiller à ne pas trop en abusée si non, les parents risquent de perdre la confiance que leurs enfants avaient en eux, du fait d’une trop grande intrusion dans leur intimité. La dernière solution étant de se demander à partir de quel âge un adolescent est t-il capable de comprendre tous les enjeux d’une utilisation à outrance et donc d’être à même d’avoir un comportement adapté?

Publicités